Historique

ART, HISTOIRE ET TECHNIQUE DU VERRE...

L'HISTOIRE D'UN MUSÉE ET DE SA COLLECTION

Après la Seconde Guerre mondiale, l'industrie belge du verre, confrontée à des difficultés économiques, se trouvait dans l'impossibilité financière d'investir dans les indispensables travaux de recherches scientifiques, nécessaires pour le développement et l'innovation de ce secteur industriel. L'Association belge « pour favoriser l'étude des verres et composés silicieux » lance alors le projet de créer l'Institut national du Verre, qui se chargerait des travaux de recherches et qui communiquerait ses résultats aux industries qu'il compterait parmi ses membres. À la même époque, l'ancien bourgmestre de Charleroi, Joseph Tirou, a l'idée d'ériger à Charleroi un Musée du Verre. Mais les locaux manquent et des pourparlers sont alors entamés avec l'État pour réaliser ce double projet. Ils aboutissent le 27 mars 1950 à la signature d'une convention concernant la construction à charge de l'État d'un bâtiment qui abriterait l'Institut national du Verre et le Musée du Verre, sur un terrain communal encore à déterminer. Le projet était confié à l'architecte carolorégien Jacques Depelsenaire. Ce n'est qu'en 1959 que le choix se portait définitivement sur la Plaine des manœuvres pour la construction du bâtiment.

Le 11 décembre 1951, une convention entre la Ville, Glaverbel et l'Institut national du Verre décidait que le gardiennage et l'entretien des futurs locaux de l'Institut ainsi que l'équipement et l'exploitation du Musée, consacré à la technologie du verre, seraient confiés aux bons soins de la Ville de Charleroi. Celle-ci décide alors d'acquérir la collection de Raymond Chambon, qui a été associé au projet de Musée depuis les fonds baptismaux. En effet, ce collectionneur éclairé et passionné par l'histoire du verre avait rassemblé une collection remarquable de pièces et d'archives, qui illustraient les progrès réalisés au cours des siècles dans l'élaboration de la matière, des techniques de façonnage et de décoration du verre et la mémoire de la verrerie en Belgique.

Le Musée du Verre était finalement inauguré le 25 juin 1973, en présence du Prince Albert et du Premier ministre, Edmond Leburton. La conception et la présentation du Musée étaient saluées par la critique, la scénographie se voulant résolument pédagogique, afin de permettre au plus grand nombre de comprendre la matière verre, à travers la science, les techniques, l'histoire et les courants artistiques. Le Musée du Verre participait alors à la promotion des nouveaux produits verriers par l'intermédiaire de la Fédération des industries du Verre. La proximité avec l'Institut national du Verre permettait, par ailleurs, de bénéficier de toutes les avancées techniques et expérimentales.

Mais en 2002, le couperet tombait. L'État fédéral, propriétaire du bâtiment occupé par le Musée, désirait mettre fin au bail emphytéotique pour y installer de nouveaux locaux du Palais de justice. Pendant cinq ans, le Musée du Verre reste en boîte jusqu'à son inauguration en 2007 sur le site du Bois du Cazier à Marcinelle, complétant utilement la mise en valeur des racines et de la mémoire vivante du pays de Charleroi.

Le Musée actuel s’étend sur une superficie de 400 m2 dans l’ancienne lampisterie du charbonnage du Bois du Cazier dont les architectes en charge du projet ont su préserver les caractéristiques originelles. Une annexe en verre parachève la construction. Une mezzanine permet de dédoubler la surface afin d’optimaliser la scénographie. Au-delà de la problématique du rapport contenant/contenu, son architecture ouverte sur l’extérieur, associée à une volonté de respect de l’existant, se joue des transparences, de l’éclat du verre et participe à la cohérence d’intégration au site. Un nouvel écrin pour le Musée du Verre qui y développe ses projets et activités depuis 2007 et reprend peu à peu sa place sur la scène culturelle et muséale tant nationale qu'internationale.

WordPress Theme built by Shufflehound. Copyright charleroi-museum.be