L’année 2019 marque le 150ème anniversaire de la mort du chef de file du Néo-classicisme belge, survenue à Bruxelles le 12 octobre 1869.

Acquise en vente publique en 1969 par la Ville de Charleroi, Jeune homme à la guitare est une œuvre réalisée par François-Joseph Navez alors qu’il séjourne en Italie. Portraitiste de grand talent qui bénéficiera, à Charleroi et à Bruxelles, du soutien d’une bourgeoisie dite industrielle, fortunée, volontiers mécène et friande de sa propre image, Navez excellera dans cet exercice.

Elève du Maître français Jacques-Louis David, dont il retiendra la précision délicate du traitement et la force expressive, Navez mêle ici à un métier déjà assuré, à l’attention portée aux matières et au caractère psychologique, une légèreté et une certaine tendresse qui relèvent sans conteste d’une douceur de vivre toute péninsulaire dont il conservera tout au long de sa vie une « indicible nostalgie ».   De ce merveilleux périple, voyage officiel soutenu par la Société pour l’encouragement des beaux-arts et ensuite par le gouvernement belge, effectué entre 1817 et 1822, Navez retiendra notamment une sensibilité dite « ingriste » – pourtant désapprouvée par David – proche de celle d’un Raphaël. C’est là encore qu’apparaît dans son travail l’influence des Nazaréens, jeunes artistes allemands que Navez fréquente à Rome, imprégnés de piété édulcorée et du sens d’un idéal stéréotypé. C’est d’Italie aussi enfin que, fasciné par la population locale, par sa beauté rude, ses traditions vestimentaires, son amour de la vie ou sa piété teintée de superstition, l’artiste revient avec la thématique des Scènes à l’italienne, dont il se révélera très vite l’un des spécialistes européens.

Raconté par Coraly Aliboni, Conservatrice du Musée des Beaux-Arts

François-Joseph Navez (Charleroi, 1787 – Bruxelles, 1869)

Jeune homme à la guitare, Rome, 1821

Huile sur toile, 75 x 62 cm

Inv.420

Coll. Mbarts Charleroi

© Photo. L. Schrobiltgen