Le Musée des Beaux-Arts de Charleroi possède désormais les oeuvres de toutes les périodes de Magritte!

Neuvième tableau du peintre à rejoindre les oeuvres de René Magritte conservées par le Musée des Beaux-Arts de Charleroi, l’Empire de la réflexion – déposé par le Domaine régional Solvay (Château de la Hulpe) sur proposition du Ministre-Président Paul Magnette – vient avantageusement agrémenter un ensemble qui retrace le parcours (presque) complet de l’artiste.
« Aucun des huit tableaux déjà répertoriés au Musée ne relevait, jusque là, de cette période des années 30.  Avec l’Empire de la Réflexion (1938), nous disposons dorénavant d’un panel d’œuvres allant de 1919 et du tout début des années 20, quand Magritte travaille notamment dans la dynamique de l’abstraction géométrique, à la fin des années 50 », souligne la Conservatrice Coraly Aliboni. « C’est donc la démarche du peintre, dans une certaine globalité, qui sera tout prochainement proposée au public ».
Par ailleurs, La fée ignorante (1957), dont le Musée possède l’oeuvre préparatoire, couvre les murs de la salle des Congrès du Palais des Beaux-Arts qui accueille le Musée depuis 2007.
Rappelons encore que, s’il ne subsiste de l’époque « carolo » de l’artiste que quelques huiles appliquées, Magritte vécu toute son adolescence entre Gilly, Châtelet et Charleroi. Une époque qui a sans conteste marqué la sensibilité de l’homme et l’imaginaire de l’artiste frappé, dans sa jeunesse, par le suicide, à Châtelet, de sa mère.

Ill.R.Magritte – Baigneuse,1925 – (c)Ch.Herscovici – Sabam Belgium – 2016

Laisser un commentaire