René Magritte goes to… Liverpool

rene_magritte La Liberté de l’esprit (Ill.) et L’éclair, deux des oeuvres de René Magritte (Lessines, 1898 – Bruxelles, 1967) sur les huit que conserve le Musée, seront présentées depuis l’été 2011 et jusqu’à la fin de l’hiver 2012, dans un premier temps à la Tate de Liverpool et ensuite à l‘Albertina de Vienne, dans le cadre d’une exposition itinérante intitulée The Plaesure principle.

Parmi les oeuvres de l’artiste préservées par le Musée des Beaux-Arts, quatre appartiennent à la Communauté française. Confiées au Musée sous la forme d’un dépôt, elles font en réalité partie du Fonds Pierre Bourgeois (1898 – 1976), cinéaste et poète originaire de Charleroi qui, par voie testamentaire, signifia son souhait de voir l’intégralité des oeuvres de sa collection revenir à un Musée wallon après son décès. C’est ainsi que le Musée conserve aujourd’hui, outre un fonds documentaire très intéressant, la totalité d’une collection de peintures qui relèvent d’une mouvance peu connue du grand public, la première mouvance abstraite belge, celle dite de la Plastique pure. C’est dans cette sphère intellectuelle et revendicatrice que René Magritte évolua au tout début de sa carrière aux côtés de Karel Maes, Victor Servanckx ou Félix De Boeck. Il faudra attendre 1926 pour que l’artiste s’engage sur la voie du Surréalisme et emprunte le chemin de la renommée qui est la sienne aujourd’hui.

La liberté de l’esprit, huile sur toile achetée par la Ville en 1950 auprès de la Galerie Le Parc à Charleroi, est l’une des pièces majeures de notre fonds Magritte et fait depuis longtemps les beaux jours de nombreuses expositions internationales proposées au public dans le monde entier. Pour l’aborder, il est nécessaire de laisser de côté tout à priori esthétique, mieux, selon les préceptes du Manifeste du Surréalisme (1924), tout à priori raisonnable ou moral. Il s’agit de se fondre dans l’image, d’en savourer le mystère, la poésie, de se laisser bousculer pour voir le monde autrement… avec « l’oeil de l’esprit ».

Laisser un commentaire