Charleroi1911-2011… de Paulus à Matthys

En mars 2009, le Musée des Beaux-Arts exposait Michaël Matthys dont la Tin Town, qu’il dédiait alors à Charleroi, continue de hanter les esprits. Avec l’affiche qu’il réalise aujourd’hui pour l’événement culturel « Charleroi 1911-2011″, comme le fit avant lui Pierre Paulus (1881-1959) pour l’Exposition industrielle de 1911, fidèle à sa cité, sa Ville rouge, Michaël Matthys, rend un hommage appuyé à Constantin Meunier (1831-1905), dont les sculptures ornent le Pont Roi Baudouin au bas de la ville.
Parmi les fleurons de nos Collections, Paulus et Meunier, eux aussi, trouvèrent, en nos sombres contrées (!!!) un indéfectible intérêt. Une fois de plus, au-delà des époques, les artistes se rejoignent et les oeuvres dialoguent…

Depuis l’exposition organisée au printemps 2009, le Musée a fait l’acquisition de plusieurs pièces de Matthys parmi lesquelles La maison rouge (2008), autoportrait familial monumental et tout dernièrement, en octobre 2010, un fusain aux accents magistraux, issu de la série Running in the dark (2009), deux oeuvres de facture paradoxalement intimiste. Charleroi, par ailleurs, a toujours été une réelle source d’inspiration pour cet artiste dont ce que l’on pourrait aujourd’hui nommer la « résidence » au sein des installations de Cockerill Sambre, entre 1998 et 2007, a donné lieu à une vidéo et à une large série d’aquatintes (plus de 1000 !). Cet ensemble intitulé Moloch-Carsid, fait désormais également partie des Collections communales…

le programme complet sur www.charleroi1911-2011.be

Laisser un commentaire