Les verriers de l’ombre…

Le Musée du Verre de Charleroi présente du 11 septembre au 7 novembre 2010 une exposition d’objets en verre rarement rassemblés.
Cannes, vases, billes et « paradis », chevaux, animaux fantastiques, pipes, rouleaux de pâtissier, presse-papiers, poids de rideaux, sous-plats… tous ces objets si divers ont une particularité commune : ce sont des Bousillés en Belgique et en France, des Piezas de « enredo » en Espagne, des Whimsies aux États Unis, des Friggers en Angleterre…Témoins d’une tradition populaire verrière, ils proposent un pont vers un passé encore proche et qui invite à une escapade dans le temps.

Edition du catalogue de l’exposition
Carnet pédagogique à l’usage du primaire
Animations au sein de l’atelier du verre (gravure et peinture sur verre)
Démonstrations à l’atelier

Musée du Verre
Site du Bois du Cazier
Rue du Cazier, 80
6001 Marcinelle
Tél + 32 496 599 214 / +32 71 88 08 56
mdv@charleroi.be

Vernissage de l’exposition le vendredi 10 septembre 2010 à 19h30.

Partager avec vos amis

Démonstration de bousillage au Val Saint-Lambert

Dans le cadre de l’exposition “les verriers de l’ombre ou le souffle populaire” organisée par le Musée du Verre de Charleroi du 11 septembre au 7 novembre 2010, Alfred Collard, maître-verrier, nous a ouvert les portes du Val Saint-Lambert et nous a offert une démonstration de bousillage dans l’atelier où il à exercé son art pendant plus de quarante années.

Vidéo et montage : Vincent Debouny
Reportage réalisé en collaboration avec la maison pour association (service multimédia).

2 réponses pour “Démonstration de bousillage au Val Saint-Lambert”

  1. Addis dit:

    La transformation du verre de l’état liquide à l’état solide reste un moment magique… Merci pour ce joli moment qui mèle de manière si magistrale performance technique et grande poésie, le tout dans une étonnante simplicité. Bravo à tous ces magiciens de l’ombre, maîtres-verriers d’ici et d’ailleurs, qui nous permettent de croire, encore et toujours, que l’homme est capable du meilleur.

  2. pihen dit:

    Mon arrière grand père était verrier à Trélon dans l’avasnois. Pour le mariage de son fils M. Optat Petit en 1910 à Paris lors des inondations il a confectionné avec des brisures (nom donné aux bousillages à Trelon me semble t’il) une paire d’épées en verre. Je les ai rendues en 2009 au musée de l’avesnois au décès de ma mère. Je possède encore un encrier de la revanche. De cet encrier mon grand père expliquait :
    ‘Cet objet était un symbole, le patron savait écrire, nous faisions l’encrier, donc sans nous il ne pouvait plus écrire. C’est de là que vient la revanche qui donne son nom à cet objet. Il faut en effet rappeler qu’à l’époque les ouvriers ne sachant pas écrire étaient encore nombreux

Laisser un commentaire