Armand Simon (Pâturages, 1906 – Frameries, 1981) dans les Coursives du PBA…

Armand SIMON, Sans titre, s.d., encre de Chine, inv. 1219. Depuis le 1er novembre dernier, le Musée des Beaux-Arts a investi les Coursives de la Salle de spectacles du Palais des Beaux-Arts… Non contente d’en occuper les salles d’exposition où elle présente, de manière alternative, collections permanentes et expositions temporaires, l’Institution communale se répand, telle un rhizome, dans les moindres recoins du Palais. Et quels recoins ! Combien ces tapis de velours pourpe, miroirs, lambris et autres cuivres rutilants voient-ils déambuler de personnes tout au long d’une saison de spectacles ? Ces moments privilégiés de détente sont  désormais complétés par la présentation de petits formats qui offrent au public des concerts et opéras, des pièces de théâtre et ballets… de découvrir, l’espace d’un entracte et de manière inattendue, un ensemble d’œuvres originales issues soit, des Collections du Musée des Beaux-Arts, soit de celles d’autres musées, comme ce fut le cas, il y a peu, pour le Musée du Petit Format de Nismes. Arts de la Scène et Arts plastiques se rejoignent ainsi pour proposer au spectateur deux fois plus d’émotions !
Les 34 dessins d’Armand Simon présentés dès novembre 2009 pour quelques semaines, sont venus enrichir les Collections du Musée des Beaux-Arts de Charleroi en 1989. Ils font partie des 72 œuvres de Simon confiées sous forme de dation aux Musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles chargés, à leur tour, de les répartir entre deux Institutions désignées par l’artiste lui-même : le Musée des Beaux-Arts de Charleroi et le Musée des Beaux-Arts de Tournai.

Le Musée des Beaux-Arts prépare une grande exposition qui, en 2011, célébrera le 30ème annivrsaire du décès de l’artiste, dessinateur exceptionnel à l’imaginaire intarrissable.

Laisser un commentaire