Exposition: Focus

07/11/2008 – 28/02/2009

Rassemblés pour la première fois dans une volonté conjointe, les Musées mettent l’accent sur la notion de patrimoine et de propriété collective . En effet, pourquoi entretenir et développer des collections publiques si ce n’est pour en faire bénéficier le plus grand nombre ? Les œuvres, objets et documents conservés dans les espaces muséaux constituent notre héritage, unique et universel. L’exposition FOCUS représente une réelle opportunité pour les visiteurs, de (re)prendre possession d’un patrimoine et, pour les musées, de mettre à l’honneur et d’exprimer leur profonde reconnaissance envers les mécènes, donateurs et déposants.

Pour ce projet commun, le Musée des Beaux-Arts, le Musée Jules Destrée et le Musée du Verre exposent au Palais des Beaux-Arts 225 œuvres de leurs collections: œuvres de verre, de cristal, peintures, sculptures, lithographies, photographies, installations, objets du quotidien, documents d’archives…

Partager avec vos amis

Exposition focus jusqu’au 28-02-09

Focus est une exposition qui permet de faire le point… le point sur 6 années d’enrichissement des collections de la Ville de Charleroi et, plus largement, sur la mission même de collecte qui incombe aux Institutions communales comme à tout musée… Au-delà de la mise en valeur des œuvres, objets et documents d’archives collectés en 6 ans, Focus a pour objectif de mettre à l’honneur les mécènes privés et institutionnels, donateurs ou déposants, ainsi que les artistes, qui ont œuvré à nos côtés à l’enrichissement du patrimoine. Cette exposition constitue aussi l’occasion de poser un regard, de prendre du recul par rapport à ce même patrimoine.
Elle se développe ainsi en 7 chapitres successifs qui, sur base d’une chronologie un peu… «bousculée» racontent une histoire au public… celle des collections de trois musées communaux qui, finalement, n’est autre que celle du territoire qu’ils occupent et des gens qui le vivent.

Chapitre 1 – Des collections qui tissent des liens et s’ouvrent au monde… promesses du 20ème siècle.

Les œuvres et documents présentés ici sont unis entre eux par des liens qui, d’artistes en artistes, d’œuvres en œuvres, d’époques en courants, de techniques en sensibilités, instaurent des dialogues et génèrent un ensemble toujours plus cohérent. Au delà de cette cohérence, ces œuvres permettent également de rejoindre les grands courants de l’Histoire de l’art national et international, comme le Néo-classicisme, le Post- impressionnisme, l’Art Nouveau ou encore l’Art déco… et s’ouvrent ainsi au monde.

Chapitre 2 – Entre terre et labeur… l’art des techniques.

Ici un regard particulier se porte sur des œuvres et des objets qui évoquent la relation très forte qui unit, et continue d’unir, notre territoire à l’industrie, au travail, au labeur des hommes et des femmes qui en firent la renommée. Particulièrement mis à l’honneur, le savoir-faire qui se fait… art, quand il donne lieu à des pièces dont la qualité technique est sans égal.

Chapitre 3 – De cette terre qui inspire … et donne racines.

Depuis cette terre particulière, les regards se croisent sur le passé industriel. Certains artistes s’inspirent, aujourd’hui, des traces laissées derrière elle par la grande aventure industrielle. Ces traces touchent tantôt aux icônes de cette histoire, tantôt à ses paysages, à ses architectures, ses couleurs, ses matières, ses atmosphères. Elles sont aussi teintées d’une forte charge émotionnelle : cette terre, en effet, est aussi le lieu de toutes les expressions. Le moindre objet se trouve être connoté, marqué du sceau, de l’empreinte de la terre qui l’a vu naître.

Chapitre 4 – De l’humain à l’intime… la vie dans tous ses états.

Parfois, une œuvre nous émeut plus que tout autre. Au cœur même de nos préoccupations les plus intimes, certaines démarches artistiques nous touchent particulièrement parce qu’elles incarnent, de manière inattendue, les grands et petits questionnements qui régissent notre quotidien. Ici encore, le moindre objet du quotidien, dans ce qu’il a parfois de plus anodin, qu’il soit d’une grande simplicité ou le fruit d’une haute technicité, prend une toute autre dimension : celle de la vie.

Chapitre 5 – Depuis l’intime, les paysages intérieurs… abstraction optique.

Depuis l’intime, abstraction construite et abstraction « douce » se rejoignent pour évoquer l’humain. Comment la géographie mentale traduite dans des œuvres, traduit-elle à son tour, ce que nous sommes… Comment traits, formes, volumes, rythmes et couleurs sont-ils, pour un instant, le réceptacle de toutes nos émotions ? De la dextérité technique naît l’émotion. Jeux de formes et de couleurs, illusions… créent la surprise et interpellent.

Chapitre 6 – Quand la ville se fait rencontres… et le territoire se donne à voir.

Depuis l’humain, l’humain entre en relations. La ville se fait alors le lieu de tous les possibles, celui de toutes les rencontres. Rencontres qui placent Charleroi au cœur d’un vaste réseau… Les regards d’artistes, toutes générations confondues, se croisent sur la ville devenue le point d’ancrage de multiples démarches. Le territoire se donne à voir : production spécifique de nos contrées, manufactures et ateliers, chefs d’oeuvre de chez nous, qui nous révèlent à nous mêmes.

Chapitre 7 – A la rencontre du monde… en sensibilités contemporaines.

Depuis l’humain « en relations », la ville. Depuis la ville, le monde. Regards croisés sur le monde… sur la place de l’humain dans ce monde et sur les grandes préoccupations universelles. Regards d’artistes surtout, d’ici ou d’ailleurs, voyageurs, arpenteurs, qui s’inspirent du monde et l’invitent chez nous…

4 réponses pour “Exposition focus jusqu’au 28-02-09”

  1. yesilkart dit:

    Y a-t-il des informations sur ce sujet dans d’autres langues ?

  2. Frédéric dit:

    Bonsoir, le site dans sa version actuelle a été réalisé en français, toutefois, il n’est pas impossible qu’à l’avenir d’autres langues soient proposées.

  3. Phil dit:

    Très belle expo… éclectique, ancrée dans la région.
    Au départ un peu forcé par mon épouse à la visiter, j’ai été emballé dès les premières minutes.

    J’ai beaucoup apprécié les interviews d’artiste (avec chaque fois une excellente musique d’ambiance, c’est tellement rare qu’il faut le signaler).
    Bonne idée aussi le recours à l’iPod comme audio-guide: facile, léger, bonne qualité sonore.
    On en redemande !

  4. Frédéric dit:

    Merci pour vos encouragements

Laisser un commentaire